Je confie mon boubou

Conseils

Episode 1

Je réalise mon rêve : j’adopte un chien 

Votre rêve va enfin se réaliser : félicitations, demain vous accueillerez votre chien dans votre foyer !

Vous avez dévalisé votre magasin préféré. Vous avez acheté deux gamelles, une pour la nourriture, et une autre pour l’eau. Vous avez fait l’acquisition d’un container à croquettes à son effigie. Et vous avez bien évidemment, soigneusement, choisi une croquette de qualité.

 

Vous avez craqué sur un panier, et un coussin. Et face au rayon plein de jouets, vous lui avez déjà acheté son premier cadeau. De retour à la maison, des étoiles plein les yeux, vous lui avez aménagé un coin douillet où il pourra se reposer. Tout est prêt !Vous vous imaginez avec lui dans vos bras, inondé de bisous, ou jouant ensemble dans le jardin.

 

En revanche, tenez compte, que vous adoptez un chien, qui a déjà connu une vie, dans une autre famille, différente de la vôtre. Il sera sans doute perdu, face à ce nouvel environnement que vous voulez lui offrir. Il sera donc prudent de faire preuve de patience, de lui laisser tout le temps nécessaire pour qu’il puisse découvrir sereinement sa nouvelle maison.

 

Prenez le temps de l’observer, de le comprendre, de l’accompagner comme il se doit. Et surtout, faites-lui confiance.

 

A ses yeux, vous serez celui ou celle qu’il a de plus cher au monde. C’est une nouvelle aventure qui commence, remplie de bonheur.

 

A suivre …

Frédéric FLAMAND

Éducateur canin comportementaliste

Episode 2

La présentation à un autre chien

Bonjour à tous, aujourd’hui nous allons aborder notre deuxième épisode, consacré à la présentation de votre nouveau chien, que nous nommerons Otto,  à celui de votre foyer (Balou).

 

Deux questions sont alors posées, est-ce que je prends Balou pour aller chercher Otto, ou est-ce que je laisse Balou à la maison, et je reviens avec Otto ? Que faire, me demanderiez-vous ?

 

Il est primordial, que vous vous assuriez que Balou soit sociable avec les autres chiens. Qu’il ne montre aucun signe d’anxiété, ni d’agressivité. Et si besoin, vous vous tournerez vers un éducateur canin et comportementaliste, qui vous donnera les clés essentielles, nécessaires à l’équilibre psychologique de Balou. De même que vous aurez au préalable pris tous les renseignements nécessaires auprès de l’association, afin de vous assurer qu’Otto soit bien ok chiens également.

 

Je suppose que vous parlez régulièrement avec Balou, et donc, c’est l’occasion de lui indiquer qu’il va avoir un nouveau copain. Et que ce fabuleux copain que vous avez choisi d’adopter, et bien c’est Otto. Balou captera vos émotions, et notamment votre enthousiasme, et se fera une joie de vous écouter. N’hésitez pas à lui parler des moments de jeux à venir, que Otto est également, comme lui, un chien formidable, et qu’ils deviendront les meilleurs amis du monde. Choisissez avec Balou l’endroit où Otto pourra se restaurer, se reposer. Si  vous avez des photos d’Otto, et de Balou, pensez également à lui montrer. Il est important que vous impliquiez Balou au maximum.

 

Bien évidemment, vous prendrez soin d’aborder le sujet avec la famille d’accueil, ou le cédant, afin d’obtenir l’accord de venir chercher Otto avec Balou.

 

Et le jour J, et bien, vous inviterez Balou à vous suivre, en lui disant par exemple : et bien Balou, nous allons chercher ton copain Otto ? Ouiiii, c’est super, c’est parti mon gros ! Vous installerez Balou dans la voiture, en toute sécurité, de manière à ce qu’il dispose d’une place confortable, et vous continuerez à lui montrer votre enthousiasme.  N’oubliez jamais, l’équation : maître heureux – chien heureux, et vice versa.

Vous êtes enfin arrivés à destination. Balou est un peu perdu, il pleure, sa respiration est plus rapide que d’habitude. Ce qui est normal, car il ne connaît pas ce nouvel environnement. Ne soyez pas inquiets, et montrez toujours votre enthousiasme, et indiquez à Balou que vous êtes arrivés à la maison d’Otto. Balou appréciera de recevoir quelques caresses lors de la mise en place de la laisse, et se fera une joie de vous accompagner. Si vous percevez une anxiété manifeste, prenez quelques minutes pour vous balader avec lui, et laissez-le sentir les différentes odeurs qui se présenteront à lui.

 

En arrivant dans la maison, prenez le temps de parler à la fois à Balou et à Otto, de dire bonjour, de leur demander s’ils vont bien. Il est très important, dès le début de la présentation, d’engager le dialogue. Otto et Balou se sentiront progressivement en toute confiance. En revanche, n’allez pas trop vite, et ne prenez pas la décision immédiate de détacher Balou. Même si Otto est un gentil chien, et que le vôtre est le meilleur chien du monde, vous ne connaissez pas encore à 100% Otto, et sans doute, ne seriez-vous pas en mesure d’anticiper une situation qui pourrait rapidement dégénérer. Ce qui serait vous en conviendrez, catastrophique, après tant d’efforts.

 

Si Otto vient sentir Balou, laissez-le faire. Laissez les chiens communiquer, et soyez toujours aussi enthousiaste de les voir ainsi se rapprocher.

 

Vous l’aurez compris, ce qui important c’est la communication, à la fois entre l’homme et le chien, et entre les chiens eux-mêmes.

 

Une fois que vous aurez jugé, qu’il est temps désormais de ramener Otto à la maison, vous laisserez le cédant équiper Otto de son équipement de balade (collier ou harnais, laisse, longe..).

 

Vous laisserez également le temps nécessaire au cédant de dire au revoir à Otto, et vous l’inviterez à vous accompagner avec Balou jusqu’à votre véhicule. Ce moment doit être un grand moment de joie et de complicité, et vous en profiterez pour installer les deux chiens l’un à côté de l’autre (en respectant les mesures de sécurité). Le retour à la maison se déroulera dans la joie et la bonne humeur, et vos deux toutous adorés seront, comme vous, ravis, d’arriver enfin à destination.

 

Mais, me diriez-vous, et si la présentation ne se déroule pas comme indiqué ci-dessus ? Que dois-je faire ? Et bien, je vous conseillerai de prendre le temps nécessaire pour que les deux chiens apprennent à se connaître. Parfois, il suffit de quelques minutes supplémentaires pour obtenir une complicité honorable. Retenez l’importance de la mise en place des codes de communication.

 

Et si dans le cas contraire, vous préféreriez que Balou vous attende sagement à la maison, je vous suggère de veiller à ce que Balou ne reste pas seul chez vous. Il ne comprendrait sans doute pas votre départ, et pourrait être stressé et anxieux. Il ne comprendrait pas pourquoi il ne pourrait pas vous accompagner pour aller chercher son nouveau copain, dont vous lui avez tant parlé. Il pourrait se sentir alors délaissé et serait très triste. Voici les raisons pour lesquelles il serait préférable qu’une personne que Balou affectionne particulièrement reste chez vous et prenne le temps de jouer avec lui.

 

Il sera primordial de laisser Otto renifler les odeurs dès lors qu’il descendra de votre véhicule, et vous devrez réserver à Balou le même accueil que d’habitude. De même que vous prendrez soin d’effectuer les présentations comme nous l’avons abordé au travers des paragraphes ci-dessus.

 

Vous venez de franchir une étape très importante, Otto et Balou ont appris à se connaître. D’ici quelques minutes, ils seront déjà les meilleurs copains du monde.

 

Dans notre prochain épisode, nous aborderons la présentation d’Otto avec Filou, le chat de la maison. Et sans doute, d’ici là aurez-vous craqué également sur un joli lapin, pour égayer votre quotidien.

 

Frédéric FLAMAND

Éducateur canin comportementaliste

 

Episode 3

La présentation avec le chat

Bonjour,

Aujourd’hui nous allons aborder la présentation du chien au chat du foyer.

 

Le chat, de nature tranquille et indépendante, adore vivre en hauteur et scruter son environnement sans être vu. Comme le chien, il accorde une grande importance à la bonne gestion de ses ressources alimentaires et territoriales. L’arrivée d’un chien à la maison est un bouleversement pour lui dans la mesure où il  devra partager son environnement avec un animal d’une autre espèce, qu’il ne connaît pas. Un animal domestique dont il n’en connaît ni les odeurs ni les codes de communication.

 

Il est donc nécessaire de respecter la gestion émotionnelle naturelle des deux espèces et de bien comprendre que chaque animal déterminera lui-même la protection de ses ressources territoriales et alimentaires, en fonction de son répertoire génétique et comportemental, de l’environnement dans lequel il évolue, de ce que l’inné lui aura apporté, et de la quantité, comme de la variabilité de stimulation sensorielle acquise entre la 3ème et la 8ème semaine.

 

Le chien, comme le chat, sont avant tout de perpétuels néoténiques totalement opportunistes. C’est-à-dire que ce sont des adolescents qui effectueront toujours la meilleure action qui leur semblera la meilleure pour eux-mêmes à un moment donné. Il est donc naturellement normal d’observer un chien courir après un chat, car cela lui semble bien pour lui-même à l’instant T.

 

Vous comprendrez donc qu’un chien qui court après un chat ne signifie pas forcément que le chien a décidé de manger le chat. De même qu’un chat qui saute sur le fouet du chien n’est pas un signe d’agressivité. En revanche, ceci interviendra également dans le cadre de la gestion territoriale et de la mise en place des unités structurales comportementales au sein du groupe.

 

Par ailleurs, afin de faciliter la gestion des ressources alimentaires, il sera utile de positionner les gamelles du chat en hauteur, dans un lieu que le chat considérera comme sécurisant et apaisant. Le chien comprendra très vite qu’il ne devra pas accéder à ce lieu et sera heureux de profiter de son coin dédié afin de se restaurer en toute quiétude.

 

Il est de notre ressort de respecter le bien-être de nos animaux de compagnie et de limiter les risques lors de la présentation. Et il sera de bon sens de ne pas prendre le chat dans nos bras et de le présenter au chien. Prisonnier, le chat pourrait développer subitement une panique phobique, et dans sa tentative de fuite, nous mordre ou nous griffer. De même qu’il suffira d’une seconde pour qu’il donne un coup de griffe dans l’œil du chien. Au même titre que le chien n’apprécierait pas d’être entouré de nos bras face au chat. N’oublions pas que chaque animal dispose d’un périmètre proxémique au travers duquel toute tentative d’intrusion, ou intrusion directe trop brutale et non contrôlée, aboutira vers une réaction plus ou moins agressive.

 

Bien évidemment, il pourrait être nécessaire de savoir s’arranger à la fois de la néoténie du chien, comme de celle du chat, et d’intervenir avec un « NON » ferme afin d’anticiper toute situation qui pourrait rapidement dégénérer. Mais d’une manière générale, sachez que les codes de communication se mettront rapidement en place entre les deux animaux et que vous serez étonnés de constater la naissance d’une grande complicité entre les deux compères.

 

Laisser le chien et le chat s’observer, se découvrir et communiquer, ainsi pourrions-nous résumer une bonne présentation, respectueuse de leur bien-être.

 

Frédéric FLAMAND

Éducateur canin comportementaliste

 

Conseils aux adoptants

Sources : Communicanis

Vous envisagez d’adopter un boubou, c’est un acte très généreux.

Adopter un animal abandonné : c’est lui donner une seconde chance.

 

Avant d’adopter avez-vous pensé ?

 

 

L’adoption d’un chien est un acte d’ AMOUR, de grandes histoires peuvent commencer.

 

Cette belle action peut vite devenir un cauchemar si l’on ne s’informe pas des maladresses à ne pas commettre quand on adopte un animal abandonné.

 

Car le recueillir pour le rejeter 15 jours plus tard serait un traumatisme supplémentaire pour le chien et vous-même.

Tenir compte de son environnement, ses disponibilités, ses attentes, sont des éléments à prendre en considération lors de son adoption. Faire le bon choix de la race sera la garantie d’une relation durable.

 

Un grand chien comme le Bouvier Bernois est attirant, mais il demande de la place dans la maison et la voiture, un peu de terrain pour s’ébattre, du temps pour de longues promenades, un toilettage régulier, ainsi qu’un budget nourriture important.

 

Le Bouvier Bernois a besoin d’un maître très attentif capable de l’éduquer avec « une main de fer dans un gant de velours ». Ce chien a un grand besoin de contact.

 

Si l’on vit chez ses parents ou avec un conjoint, on doit être sûr que l’animal sera le bienvenu. Avec des enfants on essaiera de savoir si l’animal a déjà été familiarisé aux petits et quel était son comportement vis à vis d’eux.

 

Le futur recueillant doit aussi savoir qu’un animal abandonné est parfois déstabilisé

 

Il est rare que les refuges ou associations connaissent avec précision le passé des animaux qu’ils abritent.

Certains maîtres n’ont pas réussi à comprendre les motifs des comportements indésirables de leur chien, comme les destructions, agressivités, aboiements, malpropreté …Alors ils les rejettent.

D’autres, voyant que la petite boule de poils qui les a fait craquer a beaucoup grandi, qu’il faut la sortir, la nourrir, bref en prendre soin quotidiennement, préfèrent s’en débarrasser.

 

Pourquoi et comment a été abandonné le boubou que vous avez choisi de recueillir ? Vous ne le saurez sans doute jamais ? Mais c’est sur qu’il a souffert et va avoir besoin de temps pour récupérer son équilibre, sa confiance en l’homme

 

 

Il a d’abord connu le désarroi de perdre ses repères de vie avec ses anciens maîtres, parfois l’errance avant d’être ramassé, parfois la maltraitance et assurément la souffrance d’un séjour au refuge aux conditions de vie parfois difficiles.

Certains Bouviers Bernois sont catalogués « agressifs »ou « mordeurs » juste parce qu’ils ont grogné ou montré les crocs. Bien souvent il s’agit de réactions naturelles faisant partie des codes de communication de l’espèce. Certaines formes d’agressivité ont ainsi pu être « installées » chez l’animal, dans un environnement relationnel affectif toxique ou par une mauvaise ou une absence d’éducation ; d’autres fois, c’est le stress de l’enfermement derrière les barreaux…

 

Lorsque vous allez récupérer celui dont les yeux malheureux vous ont attendri, préparez l’avenir avec ces quelques conseils

 

Les bons gestes:

Les premiers temps, soyez particulièrement vigilants.

 

Pas d’attendrissements exagérés et posez de suite les bonnes règles de vie en maîtres responsables, compréhensifs et respectueux, mais pas trop permissifs sous prétexte que cet animal a déjà trop souffert.

 

En voiture, il est prudent de le mettre à l’abri dans le hayon arrière, il pourra se familiariser tranquillement avec votre voix, vos odeurs.

 

Pas d’effusions bruyantes des enfants, il a plutôt besoin de calme pour modérer son stress.

S’il est malade durant le voyage, abstenez-vous de vouloir le rassurer, vous ne feriez que le conforter dans le sentiment qu’il a raison d’avoir peur.

Prenez le temps d’aller le promener dans un endroit calme, sans le lâcher bien sûr, il est trop tôt pour cela.

Appelez-le par son nom d’une voix douce et félicitez-le s’il fait ses besoins, il prend déjà un peu confiance en vous.

Dès l’arrivée chez vous, laissez-le découvrir à son rythme votre espace de vie, les endroits permis ou non.

 

Attribuez-lui tout de suite une place avec son panier, des jouets, une gamelle d’eau. Choisissez un coin tranquille où il pourra se réfugier, se reposer sans crainte et ne sera pas dérangé (surtout par les enfants à qui vous devez apprendre le respect du nouveau venu).

Pas dans un lieu de passage (entrée, couloir, bas d’escalier) qui permet de contrôler les déplacements de tous et ne met pas l’animal en place de subordonné ; ni dans aucune chambre qui doivent rester réservées aux humains.

Dès son premier repas, veillez à ce qu’il mange tranquillement et seul en lui donnant le temps de s’adapter à sa nouvelle nourriture (sans doute pas celle à laquelle il était habitué). Une fois sa gamelle donnée, ne commettez jamais la maladresse de la lui reprendre sous prétexte de lui montrer qui domine qui !! le chien l’a attendue, une fois donnée, elle est à lui. Il pourrait vous craindre et déclencher une agressivité, qui ne serait motivée que par la peur d’une personne imprévisible. Ne forcez pas les contacts s’il est craintif, ne brusquez rien, il a besoin de temps pour reprendre confiance, laissez le petit à petit venir à vous. Il a pu être brutalisé par des humains ou être malmené par des enfants et continue de les craindre.

 

Temps, patience, compréhension l’aideront à s’apaiser.

 

S’il est malpropre les premiers jours, ne soyez pas fâché, cela révèle sa détresse, il lui faut du temps pour s’adapter. S’il s’est soulagé la nuit ou la journée en votre absence, nettoyez hors de sa présence, ne le grondez pas, un chien ne peut associer votre colère présente à son action passée.

Si c’est un mâle, et qu’il lève la patte sur un meuble devant vous, lancez de suite un NON ! d’une voix ferme. On ne peut faire connaître son désaccord que quand l’animal est pris sur le fait, jamais après.

 

Suite à leur abandon, les chiens craignent les absences de leur nouveau maître. Il faut donc les préparer doucement à des séparations momentanées.

Quand vous restez à la maison, commencez par l’habituer à ne pas vous coller et à rester un peu dans une autre pièce. Apprenez-lui ensuite que vos départs sont toujours suivis de retours : pour cela quittez la maison sans le regarder ni lui parler, restez dehors quelques minutes et revenez avec toujours une attitude neutre, sans répondre à ses effusions de joie. Puis augmentez graduellement le temps de vos absences.

En résumé, pour retrouver l’équilibre ces animaux ont besoin de maîtres indulgents, calmes, patients, affectueux mais sans excès, et sachant proposer des règles de vie dans le respect de l’animal. Il s’avère sage parfois, de prendre les conseils d’un comportementaliste, qui en 1 ou 2 entretiens, informe les nouveaux maîtres des attitudes justes face à un animal momentanément trop perturbé par l’abandon.

Surtout ne forcez pas son affection, laissez-le venir à vous de lui-même.

On ne choisit pas un Bouvier Bernois pour le salon. Respectiez les caractéristiques spécifiques de sa race et vous vivrez de longues années de bonheur et d’harmonie ensemble.

 

 

Texte rédigé par Danièle MIRAT et Françoise GAUDRON toutes deux comportementalistes.

Dossier chiot

Peur Chiens